Jaago

Mercredi 31 octobre 2012

Le nombre des ONG qui œuvrent au Bangladesh est impressionnant. D’un côté cela peut paraître rassurant, mais d’un autre côté, cela prouve que beaucoup trop d’hommes, de femmes et d’enfants sont dans le plus grand besoin dans ce pays encore très jeune.
Ce matin nous avons eu l’occasion de rencontrer Korvi Rakshand, un jeune homme assez exceptionnel qui, il y a 5 ans, a décidé de sortir des chemins battus, de renoncer à sa carrière d’avocat et de se lancer dans une aventure baptisée « Jaago » ce qui signifie « réveil » Il a compris que les actes de charité sont le plus souvent très ponctuels et qu’une aide au développement durable nécessite un engagement et des projets à long terme. Ensemble avec quelques camarades de l’Université et de jeunes étudiants il a décidé de créer l’Association Jaago. Ils ont commencé dans une petite salle avec un tableau, quelques morceaux de craie, un tapis, 17 enfants… et beaucoup d’enthousiasme et d’idéalisme.

In discussion with founder Korvi Rakshand

Son association (qui est en train de faire les démarches nécessaires pour devenir ONG reconnue par le gouvernement) travaille surtout dans les bidonvilles de Dhaka. Ses élèves sortent des familles les plus démunies ou de familles monoparentales. Leur revenu se situe au-dessous de l’indicateur international de pauvreté (moins de 2 dollars par jour).
Les professeurs sont d’un côté de jeunes universitaires, de l’autre des enseignants issus des quartiers pauvres. Les premiers ont une meilleure base d’éducation mais ne connaissent pas forcément le milieu des bidonvilles. Pour les autres c’est l’inverse. La collaboration très étroite entre ces gens d’origine différente permet de monter une équipe efficace.
Ce qui fait la particularité de leur école, c’est qu’ils suivent un programme international identique au programme anglais ! L’anglais est dès le début langue véhiculaire, ce qui leur permet d’avoir un très bon niveau linguistique.

A côté des branches d’enseignement traditionnelles, Jaago stimule aussi les compétences créatrices, sportives et culturelles de ses petits protégés.Nous avons été très impressionnés par le travail de cette organisation qui a choisi de promouvoir l’éducation  dans les bidonvilles.
(Si vous voulez en savoir plus: jaago.com.bd)

Demain nous repartons au nord pour le Training Center à Gaibandha. Ce sera de nouveau plus difficile de poster sur le blog.

The number of NGOs that work in Bangladesh is impressing. On the one hand, this might be reassuring; on the other hand this fact proves that too many people are most utterly in need in this very young country.
This morning we got the opportunity to meet Korvi Rakshand, a quite exceptional young man who decided 5 years ago, to leave the beaten tracks, to renounce to his lawyer career and to undertake an adventure named “Jaago” which means “awareness”. He understood that, for most people, charitable acts are temporary and often unsustainable. Together with some university mates and some young students he decided to create “Jaago Association”. They started in a small room with a whiteboard, some chalk, a little mat, 17 children… and great enthusiasm and idealism.
His association (they are trying to get the accreditation of NGO recognized by the government) is mainly active in the slums of Dhaka. The pupils come from the poorest families or single-parent families that have an average daily income below the International Indicator of Poverty (an income below 2 USD per day).

The teachers are on the one side young university graduates, on the other side they come from the local communities. The first ones have a high standard of education but do not necessarily know the life in the slums. For the second ones, it’s the contrary. The cooperation of these people of different origins allows to build an efficient team.

What makes this school also so special is that they follow an international curriculum, the same than the English curriculum! English is the lingua franca, which allows them to get a very good level in this language.Besides the traditional subjects, Jaago also develops the creative, cultural and sporting talents of the children.
We were really impressed by the work of this organization that chose to bring primary education to the slums.
(If you want to know more: jaago.com.bd)

Tomorrow we will leave for the Friendship Training Center in Gaibandha. It might become more difficult again to post regularly.

Advertisements

One thought on “Jaago

  1. Julie

    D’Dedée, de Bopa, de Mathieu, de Robert, den Donat an ech (Julie) setzen graad gemittlech beim Bopa an der Stuff. Mir kommen graad vun de Griewer an hun lo deen läschten Artikel op ärem Blog geliess.
    Mir sin lo all beim Pierre, Sophie, Donat a Robert inviteiert zu Keideng fier “Kiss, Kiss um halwer Sex” ze iessen… (klengen Witz vum Sophie, Donat a vum Robert) 🙂
    Mir hoffen dass et iech weiderhin gudd zu Gaidandah geet!
    En decke Kuss vun eis all! 🙂

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s