Reprise des cours

Reprise des cours

Mardi 18 décembre 2012 (Abbes)

Hier nous avons commencé le deuxième cours d’anglais pour les superviseurs du département Education. Pour rappel: un superviseur peut être comparé à un inspecteur de l’enseignement primaire de chez nous au Luxembourg. Chez Friendship ses tâches sont de faire le tour des écoles (qui sont séparées par des heures de voyage en bateau) de son territoire pour vérifier la présence des enseignants (voir le post de Catherine sur les déboires de l’enseignement), la présence des élèves et le bon fonctionnement de l’institution “école” au niveau organisation pédagogique et matériel.

En théorie il devrait être plus calé en Anglais que les enseignants pour les aider sur le terrain, c’est pourquoi nous avions développé un cours sur 6 jours qui inclut (de nouveau) la prononciation, un peu de phonétique, et plusieurs rappels de grammaire (cette fois-ci les pronoms, les verbes et les temps). On ne peut pas tout faire en six jours, donc nous aurons encore de la matière pour les prochains mois.

Il était temps de donner enfin ce cours que nous avions préparé pendant plus de trois semaines. Il était aussi très agréable de rencontrer de nouveau ces gens avec lesquels nous avions chanté et dansé en Novembre.

Pollob opens the training

Pollob opens the training

Pollob faisait l’introduction le premier jour: les règles de conduites pour ces nouveaux lieux du savoir et de recueillement. En fait Friendship cherche encore un meilleur nom que “training center” pour ce lieu. Ce nom devrait convoyer les idées d’enseignement, de transmission de savoir, mais aussi de recueillement et de rencontre. Si vous avez une bonne idée, faites-le nous savoir.

Après les cours du matin nos élèves travaillent l’après-midi soit sur les ordinateurs pour des écoutes et des enregistrements personnalisés, soit sur la compréhension de textes enregistrés par Catherine.

En fin de semaine, après notre retour vers Dhaka pour les fêtes de Noël, nous ferons un compte-rendu plus détaillé.

Bon, nous sommes de retour à Dhaka et je dois continuer ce post. En fait je voulais déjà le publier le 18 décembre mais comme je n’ai pas pu obtenir un temps de réponse internet convenable (j’ai essayé plusieurs fois, je le jure), je l’ai repoussé jusqu’à maintenant.

Alors que dire de plus ?

Les cours se sont bien passés, nous avions préparé  trop de matière car nous nous sommes rendu compte qu’il fallait aller plus doucement. Les superviseurs ont (ou avaient ?) un niveau d’anglais d’un enseignement secondaire, mais nous avons réalisé qu’ils n’ont pas pu garder ce niveau qui s’est dégradé par la suite. Ceci nous confirme dans notre projet “Entendre pour mieux apprendre” qui consiste à enregistrer des textes d’école, des histoires et notre cours d’anglais  pour donner aux gens la possibilité d’écouter et de ré-écouter l’anglais.

L’autre réalité c’est qu’ils ont des compétences en anglais si différentes qu’un cours commun n’est pas adapté. Pour certaines leçons nous allons donc dorénavant partager le groupe en deux, de façon à pouvoir donner un enseignement adéquat à chacun.

A deux reprises, après les cours, nous avons sorti les instruments et nous avons chanté et dansé. Surtout le groupe de Kurigram est imbattable, avec son chef Anisur en tête. Leur instrument préféré est un harmonium: avec la main gauche le joueur actionne le soufflet, avec la main droite il joue la mélodie. L’instrument est accordé aux notes “européennes”, donc on a pu jouer quelques chansons ensemble avec la guitare. C’étaient surtout des chansons anglaises de notre temps avec les scouts: We shall overcome, Donna Donna, House of the Rising Sun, If I had a hammer, mais aussi Hit the Road Jack et Over the Rainbow d’ Israel Kamakawiwoole.

Autre découverte: leur passion pour – et leur niveau au – jeu de Badminton. Le Centre a maintenant son terrain aux dimensions correctes, avec filet, et tous les soirs les Bangladeshis étaient là pour se défouler. Et ils sont vraiment forts – en tout cas beaucoup plus forts que nous qui connaissions à peine les règles.

Le training s’est achevé dans la bonne ambiance, même si les notes de notre petit contrôle écrit n’étaient pas toutes formidables.

Regardez toutes les photos sur la PICTURE GALLERY 2 pour terminer.

School’s on

 Yesterday we started the second English course for the supervisors of Friendship’s Education department. Note: a supervisor may be compared to an inspector of our primary education system in Luxembourg.

 At Friendship his tasks are to visit the schools in the villages of his territory (which are sometimes separated by hours of boat travel), to verify the presence of the teachers (see Catherine’s post on education), the presence of the students, and in general to care for the pedagogical and material organisation of the schools.

 In theory he should be more knowledgeable in English than the teachers. So we had prepared a 6 days course which includes (again) pronunciation, phonetics and several grammar topics like pronouns, verbs and tenses. You can’t cover everything in 6 days, we definitely have some topics left for the next lessons in the coming months.

We really needed to run the class now, after we had prepared it for more than three weeks. We also looked forward seeing all those nice people again with whom we had danced and sang in November.

Pollob made the introductory speech, the rules of conduct of this new place of knowledge and encounters.

By the way, Friendship is looking for a new and better name for the “training centre”. This new name should convey the ideas of teaching and knowledge transmission, but also those of encounters and peaceful retreat.

If you have a good name, please give us a call.

 After the theoretical class teaching in the morning our students, in the afternoon, either work on computers on personalized learning programs or they listen to comprehension texts that Catherine recorded. Next week, when we are back in Dhaka for the Christmas days, we will write a detailed post.

 Here I will stop the English translation. If we have English readers, then please step forward and tell us. I will continue to translate if we find one single English-speaking reader who wishes me to do so.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s