De retour à Gaibandha: en avant toutes…

Jeudi 3  janvier 2013  (Catherine)

Depuis hier après-midi nous sommes de retour au Training Center. Je pense l’avoir déjà dit, nous sommes à chaque fois contents de retourner “chez nous”. Surtout qu’on nous y attend à chaque fois! Hier il y avait un vrai petit comité d’accueil et chacun avait hâte de nous dire bonjour en anglais pour nous montrer qu’il ou elle n’avait pas oublié ce qu’on avait étudié ensemble il y a de cela au moins 15 jours. En effet, pendant le training des superviseurs, il n’y a pas eu de cours avec le staff du FTC.

Ce matin on a donc repris les cours avec notre petite classe formée par Obay le cuisinier, Pranto le “waiter”(Topon, l’autre garçon est en vacances pendant quelques jours), Liala l’aide cuisinière, Nilmoni, Shadarani et Norzina les “house keepers”, Shahin, le “laundry man”, Edabat, le “guard officer” et Shohibul le”guard”. Il faut faire très attention à respecter la hiérarchie et la fonction d’un chacun! Ils s’entendent tous très bien, quelque soit leur fonction, mais ils tiennent à la dénomination correcte de leur fonction.

Comme ce qu’on leur enseigne est vraiment très élémentaire nous en profitons de faire nous-mêmes maintenant, autant que possible,  la traduction bangla. Cela nous permet de répéter à chaque fois un peu de bangla.
On commence à faire des progrès mais c’est plus difficile qu’on ne le pensait. Pas seulement parce que la langue est difficile, mais parce que chacun veut que nous lui parlions en anglais.
Ceci dit, nous progressons…

Nous nous rendons de plus en plus compte que nous avons déjà largement entamé la deuxième partie de notre séjour! Pas du tout parce que nous aimerions rentrer (cela ne signifie pas que nous n’avons pas envie de vous retrouver, ne nous fait pas dire ce que nous n’avons pas dit) mais parce que nous voulons que notre projet soit “sur les rails” avant notre départ. Quelles seront les différentes étapes?

***Il faudra que les nouveaux livres soient enregistrés, mais cela ne posera pas problème. Ce sera fait dans trois semaines au plus tard. Le 21 janvier nous avons notre prochain training avec les superviseurs, et jusque là l’essentiel sera enregistré.
Après, on pourra encore ajouter les nouvelles histoires et chansons que nous avons prévues ainsi que les enregistrements des cours de prononciation que nous avons donnés.

*** Nous devrons proposer à Friendship le bon matériel. 5 portables ont déjà été distribués dans une première étape à quelques superviseurs. Dans deux semaines nous aurons leur feed back sur leur expérience avec le nouveau matériel.

Mais il est essentiel que d’ici peu toutes les écoles (il y en a 74 !!!) disposent d’un haut-parleur et d’au moins un portable pour faire les écoutes en classe. (Souvenez-vous que cela urge parce que les teachers sont confrontés à de nouveaux textes et que l’approche pédagogique est basée sur l’écoute!)

Si moi je suis davantage chargée des contenus des enregistrements, c’est à Abbes qu’incombe toute la partie technique, et ce n’est pas une mince affaire: il faut choisir un matériel de bonne qualité, facile à manipuler, facile à entretenir et surtout adapté aux limitations des chars: Pas toutes les écoles ne disposent d’un panneau solaire Friendship et il faut quand même recharger et le téléphone et le haut-parleur.
La question est de savoir si les instits pourront recharger le mobile chez un propriétaire d’un panneau solaire (ils dépendront forcément du bon vouloir de ce dernier, ils dépendront aussi de sa disponibilité et finalement ils devront peut-être?? payer la recharge) ou s’ils ne feraient pas mieux de disposer de leur propre petit panneau solaire, installé dans les écoles.

Abbes est donc en train de calculer de se renseigner, de comparer….

*** A partir du moment où les écoles seront équipées, en février Inch Allah, nous prévoyons d’en visiter autant que possible. Etant donné que certains chars sont très éloignés, que le niveau du fleuve vous joue souvent des tours pour le voyage (cf le post d’Abbes du 26 décembre) et que nous ne sommes que deux personnes, il faudra que nous trouvions moyen avec les superviseurs d’en voir autant que possible. Il est vrai que nous avons encore un training avec les teachers au mois de mars, mais nous préférons voir les installations sur place et de découvrir les réactions des étudiants.

Ouf! Pas mal de travail en vue. Mais c’est passionnant!

Et parce que c’est tellement passionnant, il faut qu’on nous accorde notre prochain visa!
Et oui, le 14 janvier notre visa expire, il faut que nous partions à l’étranger, que nous nous rendions à l’ambassade du Bangladesh et qu’on nous renouvelle notre visa.

Nous avons choisi de partir au Népal. L’Inde est très compliquée. Avoir un visa pour y entrer à partir du Bangladesh n’est pas chose facile. Le Bhoutan c’est pareil, le Myanmar pas facile non plus. Le Népal par contre accueille les touristes à bras ouverts. En plus, Katmandou est une ville fort intéressante et pour nous qui aimons les montagnes, c’est une destination formidable.

Nous partirons donc le 12 janvier et nous retournerons le 17 janvier. Espérons-le!! On nous a rassurés, mais bon, je suis quand même un peu inquiète.

Pendant que je rédige ce post, Abbes est en train de se préparer pour la partie entertainment de notre training:  Sound of Silence, les paroles et les notes pour l’accompagnement à la guitare. Si on avait encore un petit feu de bois qui crépiterait dans l’âtre, l’ambiance serait encore meilleure dans notre retraite 🙂

Sans Parole, puisque c'est "Sound Of Silence"

Sans Paroles, puisque c’est “Sound Of Silence”

 

 

 

 

 

 

Sorry guys.
But After Abbes’  translation hartal (hartal means strike in Bangla, and God knows how much they strike 🙂 nobody has yet claimed an English version. Usually I translate every post. I think it’s a good exercise for my English. But this evening I’m tired, and I give a … on exercise. Latest now, we will know if somebody ever reads the second part of this post: I don’t know if this expression exists and if it does, it isn’t a very nice one, and you should leave me a reply!

Advertisements

2 thoughts on “De retour à Gaibandha: en avant toutes…

  1. Nicolas

    Ech och 😉 am fong wollt ech et ”liken” 😉 mee doofir muss een sech eegentwei umelden, an hun daat awer bessi iwerbewaert fonnt dofir datt ech den text liken wolt…decken kuss an courage 🙂

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s